Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Jardin Secret

Jardin Secret

Un petit coin de détente pour échanger des idées, partager des connaissances, des images, des histoires...

A méditer...

Imaginez un monde merveilleux et parfait, un petit paradis…

 

Tous les êtres sont harmonisés : pas de races différentes, pas de matérialisme, simplement une communion.

 

Plus que physique, leur vie est un état, un état spirituel de communion de l’Etre avec la nature, un bien-être évolutif permettant d’accéder à des niveaux supérieurs. Cette évolution passe par des expériences nécessaires à l’élargissement de leur conscience.

Il leur faut alors vivre la responsabilité de la conscience individuelle, accepter de se personnaliser dans un égo limitatif pour suivre un processus mental aboutissant à l’état initial, amplifié par les efforts concrets qu’a imposé ce parcours.

 

Pour simplifier, il s’agit d’un stage de travaux pratiques destiné à enrichir une théorie qui, même acquise à un niveau élevé, ne peut être satisfaisante si ce qu’elle exprime n’a pas été expérimenté.

 

Quel crédit accorder à un médecin qui n’aurait fait ses études que dans l’abstrait, sans jamais avoir observé un malade, disséqué un corps, senti lui-même la douleur, la fatigue ou les désagréments d’un rhume ?

Qu’il veuille exercer son art ou poursuivre ses études pour se spécialiser, il ne pourra pas échapper à l’expérience concrète.

 

Donc, revenons à notre petit paradis fictif.

 

Ces êtres spirituels doivent passer par un séjour initiatique sous la mer. Pour cela, il leur faut se vêtir d’un lourd et inconfortable scaphandre. Afin de minimiser le choc de transition et d’avoir une réelle expérience, ils perdent tout ou partie de leur conscience spirituelle.

Ils arrivent dans ce monde de travaux pratiques amnésiques temporaires et doivent tout apprendre individuellement. Suivant leur degré d’évolution, les uns seront totalement isolés en eux-mêmes, dans leur scaphandre qu’ils prendront pour la réalité unique. D’autres garderont des bribes de conscience leur permettant de savoir que ce n’est qu’un outil, un vêtement de « travail » ; ils sauront partiellement ce qu’ils ont à faire et se souviendront du monde réel. Ces derniers devront aider les autres à regagner leurs connaissances par un travail personnel.

 

Dénués de leur mémoire et habitués à cette vie, pensez-vous qu’il leur soit facile d’imaginer que cette eau qui les entoure a des limites, qu’ils peuvent en sortir, qu’il existe un autre monde où ils peuvent vivre et ont déjà vécu sans leur scaphandre, leur vrai monde…

 

Imaginez qu’accaparés par leur vie présente, ils n’arrivent plus à ouvrir leur esprit à autre chose qu’à ce fond marin, qu’ils se jugent les uns les autres à la couleur ou à la forme de leur scaphandre, allant jusqu’à s’entretuer pour des critères de conformité, de possession de coquillages, de poissons, etc…

 

Quelle misérable déchéance…

 

Et pourtant, tel est l’être humain prisonnier de son corps.

 

La simple ambition de ces écrits est de vous aider à prendre conscience de vous-même, de réaliser que nos limites terrestres ne sont que les rivages de la vraie vie.

 

Que ces lignes vous poussent à une réflexion positive, à des découvertes évolutives, qu’elles vous aident à ouvrir votre regard intérieur au-delà de votre « scaphandre », qu’elles fassent éclore en votre cœur l’Amour Divin et leur but sera atteint.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Fabienne 09/09/2011 18:34